Vendredi 23 juillet 2021

Une parole vraie pour rappeler l’essentiel de la foi (Actes 23,1-11)


Lire le texte

Bien que le chemin de Paul s’apparente à celui de Jésus, on voit bien les différences. Ici, les deux pouvoirs, politique et religieux, semblent rester à distance. Pas de connivence. Le bras politique, le tribun, reste à sa place en observateur. Paul se montre clairvoyant et mesuré. Sans savoir qu’il s’adresse au grand prêtre, il clame sa liberté de conscience et l’insulte: «On blanchit un mur pour cacher ses fissures», en référence à Ezéchiel. Menacé alors de sévère correction, il s’excuse. Maître de ses convictions, il sait aussi dire son respect des autorités. La résurrection… c’est là où le bât blesse. D’un côté les saducéens, fidèles à la littéralité du texte du Pentateuque, n’y croient pas. Les pharisiens cependant se laissent porter vers une nouvelle forme d’espérance. Les doutes et les questionnements viennent ici déplacer l’attention des accusateurs. Les parties sont prises au piège de leurs propres systèmes idéologiques. A tel point qu’on imagine Paul et les représentants politiques devenir des observateurs passifs. Qu’est-ce qu’elles peuvent être fragiles les alliances ! Aussi dans les institutions religieuses! En temps de crise, une parole forte, libre, pour affirmer l’espérance… Une parole vraie pour rappeler l’essentiel de la foi, et tout peut basculer. On songe à Martin Luther. Paul met l’Evangile et le Christ ressuscité au centre, alors que la classe religieuse reste coincée dans des arguments théologiques. Les drapeaux se lèvent, les idéologies bouillonnent, les rivalités se cristallisent. Cela casse, et cela fait des dégâts.

Carlos Capo

Prière: Seigneur, lorsque les crispations apparaissent dans nos Eglises, aide-nous à poser le Christ ressuscité au centre. Purifie les cœurs, les pensées, les volontés, pour qu’ils soient restitués, relevés dans la foi.  

Référence biblique : Actes des Apôtres 23, 1 - 11

Commentaire du 24.07.2021
Commentaire du 22.07.2021