Samedi 23 février 2019

L’espérance comme horizon (Romains 11,25-36)


Lire le texte

Après avoir regardé en arrière, Paul porte maintenant son regard en avant. Après avoir lu l’histoire à partir de sa confiance dans la grâce de Dieu, il en fait de même pour l’avenir. Il espère et annonce le salut d’Israël, comme celui de l’humanité entière. Je ne lis pas chez Paul une prédiction de l’avenir avec un enchaînement presque mathématique des événements à venir. J’y vois plutôt une espérance fondée dans la grâce de Dieu. Celle-ci est offerte à tous dans tous nos enfermements. L’espérance de Paul est fondée en Dieu, pas dans l’attitude d’Israël. De même, notre espérance de chrétiens doit être placée en Dieu, et non pas dans les événements du monde. Sinon, il y a de quoi désespérer ! L’espérance, c’est ce qui demeure, même quand il n’y a plus d’espoir, parce qu’elle ne dépend pas de nous. Comme chrétiens, nous sommes témoins de cette grandeur et de cette puissance d’amour du Dieu qui nous fait vivre en Jésus-Christ. Elle peut ouvrir des possibles que nous n’imaginons même pas, au-delà de tous les événements du monde et de nos vies.

Patrick Schlüter

Prière: O Dieu, qui suis-je pour connaître tes pensées, qui suis-je pour réduire l’avenir à ce que je crois possible ? Par Jésus-Christ, en lui et pour lui, je veux me placer sur l’horizon d’espérance que tu as ouvert. A toi soit la gloire pour toujours !  

Référence biblique : Romains 11, 25 - 36

Commentaire du 24.02.2019
Commentaire du 22.02.2019